Installation d'un disque SSD sur un serveur, un NAS ou une station de travail

Gestionnaire de Communauté

 

À l’inverse des disques durs traditionnels (HDD), les SSD sont constitués de mémoire flash dans laquelle sont stockées les données. Lorsque vous effacez les données d’un appareil doté de mémoire flash, elles ne disparaissent pas instantanément. Elles sont marquées pour suppression, puis des processus, tels que la commande TRIM ou le Garbage Collection effaceront ces données pour libérer de l’espace pour de nouveaux fichiers. Lorsque vous supprimez un document dans un disque dur, il sera marqué pour suppression comme dans un SSD, mais sera simplement écrasé par de nouvelles données dès que celles-ci sont disponibles. En raison de la manière de laquelle les données sont stockées dans un SSD, ce processus ne peut pas fonctionner. C’est donc là qu’interviennent la commande TRIM et le Garbage Collection. Maintenant que nous avons vu comment les disques durs et les SSD gèrent les données chacun à leur manière, nous allons voir pourquoi installer un SSD grand public dans un serveur, une station de travail ou un serveur de stockage NAS n’est pas toujours la meilleure option et parfois même l’une des pires.

 

Un serveur ou un NAS fonctionne généralement 24h/24 et 7j/7. Si vous connaissez déjà le mode de fonctionnement du Garbage Collection, vous saurez qu’il ne fonctionne que lorsque le disque est à la fois inactif et alimenté en courant. Les SSD fonctionnant dans ce type d’environnement n’auront normalement donc droit à aucune pause. Si le Garbage Collection n’est pas en mesure de fonctionner et de remplir sa tâche correctement, il ne reste plus que la commande TRIM pour effectuer ce nettoyage. Le problème, c’est que le TRIM n’est pas compatible avec les plupart des serveurs organisés en matrice RAID, ni avec les périphériques NAS (il existe toutefois quelques exceptions à cette règle). Sans TRIM ni Garbage Collection, un SSD accumule toutes les données supprimées. Les données supprimées accumulées dans un SSD ne seront pas visibles, et vous ne pourrez pas nettoyer le disque simplement en le formatant. Formater un SSD déjà saturé ne fera qu’aggraver les choses, car vous ajouterez une couche de données supprimées par-dessus celle qui existe déjà. Cette accumulation de données anciennes peut avoir un sérieux impact sur les performances du disque, et peut également entraîner des problèmes de stabilité en fonction de la gravité de la situation.

 

Comprendre les différences entre les SSD grands publics et d’entreprise Nous avons donc vu en quoi un serveur peut s’avérer néfaste pour un SSD, mais tous les SSD ne sont pas nés égaux. Voyons à présent quelques différences entre les disques pour particuliers et leurs alter ego professionnels. Crucial vend des SSD grands publics, cela signifie que nos disques sont conçus pour une utilisation quotidienne standard, comme ceux que vous trouverez dans des ordinateurs de bureau ou portables, dans des appareils mobiles plus compacts et dans des PC gamer/stations de travail. Dans un environnement d’entreprise tel qu’un serveur, un SSD sera soumis à des charges de travail 24h/24, 7j/7, la plupart du temps avec de nombreux cycles d’écriture et d’effacement. Les disques d’entreprise, tels que le Micron M500DC ou le S600DC, par exemple, sont conçus pour fonctionner en continu et pour supporter une forte intensité de lecture et d’effacement. Contrairement à un disque grand public qui subira d’importantes pertes d’efficacité une fois exposé à des opérations d’écriture en continu, un SSD d’entreprise délivrera des performances constantes pendant toute la durée de son fonctionnement. Puisque nous parlons d’effacement de données sur un SSD, nous allons aborder une autre différence majeure entre les deux grands types de SSD : l’endurance.

 

Tous les appareils flash, y compris les SSD, disposent d’une limite de données pouvant être écrites dans la mémoire avant que la fiabilité des données ne soit compromise, et que la mémoire ne passe en lecture seule. Les différents disques ont tous des niveaux d’endurance différents : nos disques BX200 disposent d’une capacité d’effacement de 72 téraoctets (To), un MX200 1 000 Go disposera d’une endurance de 360 To, et un SSD Micron M500DC 800 Go d’une capacité de 2 500 To. Il est donc évident que les disques d’entreprise sont conçus pour être bien plus endurants que les autres. Pour la plupart des utilisateurs, l’endurance est une caractéristique secondaire. Il faudrait de nombreuses années à un utilisateur ordinaire pour venir à bout des 72 To de capacité d’écriture de son disque standard. Un serveur qui remplit un SSD plusieurs fois par jour pourrait théoriquement atteindre la limite d’un disque grand public en moins d’un an, et ce type d’usure n’est pas couvert par la garantie. En plus de leur robustesse, les disques d’entreprise disposent généralement de fonctionnalités de protection des données plus avancées.

 

Un SSD grand public se contentera de protéger les données stockées, tandis qu’un disque grand public sécurisera également les données en circulation. Les données en mouvement sont les données en cours de transfert, ou bien situées dans le tampon du disque. Avec un disque traditionnel, si le système venait à être privé de courant pendant une séquence d’écriture, toute donnée contenue dans le tampon serait perdue, entraînant ainsi d’importantes corruptions des données.

 

Remarque concernant les SSD dans les stations de travail La plupart du temps, une station de travail est un serveur. Elle possède une carte mère qui n’est ni plus ni moins qu’une carte mère serveur, car elle fonctionne à l’aide de mémoire à code de correcteur d'erreurs (ECC). Étant donné que nous ne présentons pas nos disques comme étant compatibles avec des serveurs, ils sont exclus des stations de travail pour les mêmes raisons. Toutefois, la plupart des personnes n’utilisent pas leur station de travail comme un serveur, ils s’en serviront plutôt pour les applications de bureautique les plus lourdes, telles que : Illustrator, Photoshop, rendu 3D et d’autres types d’édition de contenu visuel. Tant que vous n’utilisez pas votre station de travail 24h/24 pour des opérations de gestion de données, telles qu’un cache réseau, l’hébergement de machines virtuelles ou d’autres tâches généralement confiées à un serveur, n’importe quel SSD SATA 2,5 pouces de notre offre de produit fonctionnera avec votre système.

 

Pour conclure, en installant un disque dur grand public dans un serveur, vous n’aurez pas simplement des performances moins optimales, vous compromettez également la fiabilité de vos données en utilisant un périphérique doté d’une durée de vie plus courte et vous annulerez peut-être même la garantie fabricant du SSD. C’est donc pour ces raisons qu’il est crucial d’installer un périphérique de stockage conçu pour l’environnement dans lequel vous l’utiliserez. Si vous avez des questions concernant un SSD Crucial présent dans votre système, veuillez contacter notre assistance technique.

Contributeurs